Informations

Pourquoi la cuisson rend les aliments, par exemple le riz, les légumes, etc., mous ?


Ma supposition initiale était que cela était dû à l'absorption d'eau pendant la cuisson (le rôle de la chaleur est probablement d'accélérer ce processus). Donc, pour vérifier cela, j'ai laissé du riz non cuit dans l'eau pendant deux jours, mais jusqu'à présent, il ne s'est pas ramolli de manière notable. Peut-être que pour une absorption d'eau suffisante pour l'adoucissement je dois le laisser plus longtemps. Ou peut-être que mon hypothèse initiale est complètement fausse.


Réponse courte Hydrolyse

La cuisson raccourcit de nombreuses molécules, en particulier les glucides et les protéines, bien que presque tout ce qui est long soit affecté. En les chauffant dans un environnement aqueux (de nombreux aliments fournissent leur propre eau), nous induisons des milliards de réactions d'hydrolyse. Cela découpe les polymères longs en polymères plus courts. Pour les protéines, la chaleur les fait également se dérouler, ce qui les rend plus faciles à digérer. En effet, nous sous-traitons une grande partie de la digestion. C'est pourquoi on pense que la cuisine a évolué en tant que comportement en premier lieu - elle augmente considérablement la disponibilité des nutriments de la nourriture en la mettant dans un état beaucoup plus facile à digérer. Sans chaleur, le nombre de réactions d'hydrolyse est négligeable, bien que quelques éléments comme un pH extrême ou une infusion d'enzymes puissent remplacer la chaleur.

Pour la plupart des molécules comestibles, les raccourcir les rend également plus douces (la plupart des macronutriments sont des polymères, après tout), ce qui est un avantage supplémentaire. C'est aussi pourquoi il y a un équilibre dans la cuisson, cuire trop longtemps ou à trop haute température et vous commencez à avoir plein d'autres types de réactions qui produisent de nouvelles molécules indigestes. Cuire trop court ou trop bas et vous obtenez peu de réactions d'hydrolyse et cela ne fait essentiellement rien. L'hydrolyse est l'une des raisons pour lesquelles la cuisson dessèche également les aliments, car l'eau est utilisée lors de l'hydrolyse.


La principale raison de la cuisson des aliments est de briser la paroi cellulaire. Toutes les cellules végétales ont une paroi cellulaire dure et résistante. En le cuisant, vous cassez la paroi cellulaire et vos aliments seront plus doux et plus faciles à digérer.

Pour votre exemple de riz, bien sûr, le grain devra absorber de l'eau pour se ramollir. En le cuisant vous cassez la paroi cellulaire, qui est encore intacte dans votre riz non cuit dans l'eau. La paroi cellulaire empêche ici le grain de riz non cuit d'absorber autant d'eau que les grains cuits (dans lesquels la paroi cellulaire a été brisée).


Aliments pouvant causer une intoxication alimentaire

Certains aliments sont plus associés aux maladies d'origine alimentaire et aux intoxications alimentaires que d'autres. Ils peuvent être porteurs de germes nocifs qui peuvent vous rendre très malade si les aliments sont contaminés.

  • Les aliments crus d'origine animale sont les plus susceptibles d'être contaminés, en particulier la viande et la volaille crues ou insuffisamment cuites, les œufs crus ou légèrement cuits, le lait non pasteurisé (cru) et les crustacés crus.
  • Les fruits et légumes peuvent également être contaminés.
  • Alors que certains aliments sont plus susceptibles de vous rendre malade, tout aliment peut être contaminé sur le terrain, pendant la transformation ou à d'autres étapes de la chaîne de production alimentaire, notamment par contamination croisée avec de la viande crue dans les cuisines.

Apprenez-en davantage sur les aliments les plus associés aux intoxications alimentaires et sur la façon d'éviter d'en tomber malade :


La planification des repas permet d'économiser du temps, de l'argent et du stress

Prendre le temps de planifier des repas simples de base pour la semaine permet d'économiser du temps, de l'argent et du stress. En fait, préparer un repas simple à la maison prend à peu près le même temps que de se rendre dans un fast-food ou de commander une pizza.

Apprendre à planifier des menus peut économiser plus d'argent sur votre budget alimentaire que toute autre compétence, vous permettant d'acheter d'autres produits de première nécessité avec l'argent économisé. Voici quelques avantages d'avoir un plan de menu.

  • Cela évite les déplacements à l'épicerie.
  • Vous n'achetez que ce dont vous avez besoin.
  • Cela soulage le stress de se demander quoi cuisiner pour le dîner à la dernière minute.
  • Aucun temps ni énergie ne sont gaspillés à chercher frénétiquement dans le garde-manger un certain aliment.
  • Il offre une meilleure variété de choix de repas et les mêmes aliments ne sont pas servis trop souvent.
  • Il n'y a pas d'attente pendant que quelque chose dégèle.
  • Les restes sont épuisés avant qu'ils ne se gâtent.

Environnement et politiques de l'activité physique à l'école

Activité physique et performance scolaire

Des données longitudinales ont montré que pour chaque jour de la semaine où les adolescents de poids normal participaient à l'éducation physique, les chances de devenir un adulte en surpoids diminuaient de 5 % (Menschik et al. 2008). L'éducation physique, l'activité physique et les sports à l'école sont tous associés à une meilleure forme physique des élèves. Le lien entre la participation à ces programmes éducatifs et d'activités et le rendement scolaire des élèves est cependant moins évident. Un examen des études conclut que jusqu'à une heure de programmes d'activité physique quotidienne peut être ajoutée à un programme scolaire en prenant du temps sur d'autres matières sans nuire au rendement scolaire des élèves dans ces matières (Trudeau et Shephard 2008). À l'inverse, prendre du temps sur l'éducation physique et l'ajouter au programme scolaire n'améliore ni les notes des élèves dans ces matières ni leur condition physique (Marsh 1992).

La raison suggérée pour cet effet est que l'activité physique améliore l'efficacité d'apprentissage des élèves. D'autres façons dont les opportunités d'activités dans les écoles, comme les activités parascolaires, sont indirectement associées à la réussite scolaire sont des taux d'abandon plus faibles, un meilleur comportement en classe et une meilleure estime de soi, et plus d'engagement et de connexion avec l'école et le comportement à la tâche (Mahar et al. 2006 Trudeau et Shephard 2008).

Promouvoir des normes d'activité physique dans les écoles

Plusieurs organisations ont essayé d'aider les écoles en offrant des programmes d'éducation physique et d'activités de haute qualité en recommandant des normes, en fournissant des fonds et en soutenant la recherche. L'Association nationale pour le sport et l'éducation physique (NASPE) dirige ces efforts et a publié des normes définissant une éducation physique de qualité pour les écoles élémentaires, intermédiaires et secondaires (Association nationale pour le sport et l'éducation physique et American Heart Association 2006). Les normes soutiennent un programme complet d'activité physique à l'école et mettent l'accent sur les exigences quotidiennes et minimales en matière de temps, les normes de programme et d'évaluation, et les éducateurs certifiés dotés de classes et d'équipements appropriés. Entre 2000 et 2006, le pourcentage de districts scolaires ayant adopté une politique stipulant que les écoles suivront les normes d'activité physique nationales, étatiques ou de district est passé de 66,5 à 81,4 % (Lee et al. 2007). Le CDC finance actuellement des agences d'éducation et de santé dans vingt-trois États pour soutenir des programmes de santé scolaire coordonnés mettant l'accent sur la prévention des comportements à risque pour la santé tels que l'inactivité physique (Lee et al. 2007). En 2006, le CDC a publié l'outil d'analyse des programmes d'éducation physique (PECAT), qui aide les districts scolaires à évaluer les programmes en fonction des normes de la NASPE pour l'éducation physique. En 2007, vingt États ont envisagé une législation pour encourager une activité physique sûre et le transport actif (Robert Wood Johnson Foundation 2008).

Normes fédérales d'éducation physique et d'activité dans les écoles

Il n'y a pas de loi fédérale exigeant que l'éducation physique soit dispensée aux étudiants du système éducatif américain ni aucune incitation à offrir des programmes d'éducation physique (NASPE et AHA 2006). Les politiques parrainées par le gouvernement fédéral concernant l'éducation physique et l'activité dans les écoles comprennent l'encouragement de la participation des élèves et l'égalité d'accès aux programmes pour les garçons et les filles, le financement de l'équipement et de la formation du personnel, et l'obligation pour les districts locaux de fixer des objectifs de programmation et de procéder à des évaluations. Contrairement aux recommandations de la NASPE, il n'y a pas de parrainage au niveau fédéral de politiques promouvant des normes pour les qualifications des instructeurs, les tests de condition physique ou les performances.

Le programme d'éducation physique Carol M. White, également connu sous le nom de PEP, a été créé en 2001 dans le cadre de No Child Left Behind (NCLB) et est administré par le ministère de l'Éducation. Son objectif est d'octroyer des subventions et des contrats pour lancer, étendre et améliorer les programmes d'éducation physique pour tous les élèves de la maternelle. En 2007, 58 nouvelles bourses, d'une valeur moyenne de 312 587 $, et 291 bourses continues ont été décernées à des agences d'éducation locales. Certains critiques citent le NCLB comme la raison pour laquelle l'éducation physique a été éliminée des écoles, car la liste des matières académiques de base notées pour les résultats omet l'éducation physique et sanitaire. Une autre occasion manquée pour l'éducation physique serait l'insistance du NCLB sur les enseignants hautement qualifiés, dont l'éducation physique est également exemptée car elle n'est pas répertoriée comme matière principale (NASPE et AHA 2006). Une législation a été introduite pour amender le NCLB afin d'exiger des États qu'ils élaborent des plans pour le contenu et les performances de l'éducation physique et des activités et pour lier les normes de réussite des élèves aux objectifs du NCLB.

En vertu du titre IX des modifications sur l'éducation de 1972, la loi fédérale exige que les écoles publiques offrent des opportunités sportives égales à tous les élèves, quel que soit leur sexe :

Aucune personne ne doit, sur la base du sexe, être exclue de la participation, se voir refuser les avantages, être traitée différemment d'une autre personne ou autrement discriminée dans un sport interscolaire, intercollégial, de club ou intra-muros offert par un bénéficiaire, et aucun bénéficiaire fournira ces sports séparément sur cette base.

Malgré ces efforts fédéraux, les garçons continuent d'avoir les meilleurs taux de participation à l'éducation et aux activités en milieu scolaire (U.S. Department of Health and Human Services 2006).

En 2004, une loi fédérale a été adoptée exigeant que les districts dotés de programmes de repas scolaires financés par le gouvernement fédéral élaborent et mettent en œuvre des politiques de bien-être, y compris des objectifs d'activité physique, d'ici le début de l'année scolaire 2006/2007. On espère que la mise en œuvre de ces plans de mieux-être augmentera le nombre d'occasions d'activités physiques en milieu scolaire. La politique fédérale de bien-être à l'école est discutée plus loin.

Normes d'éducation physique et d'activité scolaire au niveau de l'État

Les États peuvent fixer des exigences ou des orientations générales ou minimales, mais beaucoup délèguent la responsabilité des décisions éducatives aux districts scolaires locaux (NASPE et AHA 2006).

En 2007, vingt-cinq États ont parrainé des politiques promouvant l'activité dans les écoles à travers les programmes d'éducation/activité physique, les opportunités, l'expertise des instructeurs, les tests de condition physique et les performances.

Programme d'études

Bien que la majorité des États aient des mandats d'éducation physique pour les écoles, ils varient selon le niveau de l'école. Trente-six États imposent l'éducation physique à l'école primaire, trente-trois États pour le collège ou le premier cycle du secondaire et quarante-deux États pour le lycée. Mais la traduction de ces mandats dans les activités physiques quotidiennes des écoles est nettement plus faible. Seulement 4 pour cent des écoles élémentaires, 8 pour cent des collèges et collèges et 2 pour cent des lycées dispensent une éducation physique quotidienne (Lee et al. 2007).

Malgré les objectifs nationaux et les normes recommandées pour le temps scolaire consacré à l'éducation physique et à l'activité physique, peu d'États ont promulgué une législation augmentant ce temps ou les opportunités offertes à l'école. À l'heure actuelle, seuls onze États exigent un nombre défini de minutes consacrées aux cours d'éducation physique pour les écoles élémentaires, et encore moins pour les écoles secondaires. Seuls sept États fixent des exigences quant à la durée pendant laquelle les élèves doivent participer aux cours d'éducation physique pour les collèges ou les collèges, et dix États pour les lycées.

Quelques États respectent les recommandations nationales concernant le temps hebdomadaire passé en classe d'éducation physique pour les écoles élémentaires (Louisiane, New Jersey), les collèges (Montana) et les lycées (Indiana, Montana, Caroline du Sud, District de Columbia) (NASPE et AHA 2006).

Les États commencent également à s'intéresser à la qualité du temps passé dans les cours d'éducation physique. La législation promulguée en 2007 par l'Arizona, la Floride, l'Oregon et le Texas stipulait qu'un certain temps de cours d'éducation physique devait être consacré à des activités modérées et vigoureuses (Robert Wood Johnson Foundation 2008). L'Arizona (AZ HB 2140) demande que 50 % du temps d'éducation physique soit consacré à des exercices modérés à vigoureux et peut inclure des récréations. Le projet de loi 530 du Sénat du Texas exige que les élèves de la sixième à la huitième année participent à une activité quotidienne modérée à vigoureuse pendant au moins trente minutes pendant au moins quatre semestres. Le projet de loi du Sénat du Connecticut de 2004 encourage des moyens créatifs d'atteindre ces objectifs en exigeant des écoles et des parcs municipaux qu'ils coordonnent leurs services. D'autres moyens par lesquels les objectifs de l'État ont été mis en œuvre dans les salles de classe incluent les North Carolina Energizers. Les activités énergisantes sont des périodes d'activité de dix minutes qui intègrent l'activité physique aux concepts scolaires (Mahar et al. 2006).

Trente-cinq de tous les États imposent le nombre de crédits d'éducation physique au secondaire requis pour qu'un élève obtienne son diplôme. Parmi ceux-ci, le New Jersey exige le plus, 3,75 crédits. Vingt-deux États exigent que les notes d'éducation physique soient incluses dans la moyenne pondérée cumulative d'un élève.

Récréation et marche ou vélo jusqu'à l'école

Malgré la position fondée sur des données probantes de l'Association nationale pour le sport et l'éducation physique selon laquelle la récréation devrait faire partie intégrante de l'éducation élémentaire, séparée et distincte de l'éducation physique, seuls 12 % des États exigent (six États exigent et treize États recommandent) des écoles élémentaires. donner aux élèves des récréations régulières (Association nationale pour le sport et l'éducation physique 2001). Ce pourcentage n'a augmenté que de 7 pour cent depuis 2000 (Centers for Disease Control and Prevention 2007a). Cette politique au niveau de l'État signifie que 57 pour cent des districts ont exigé une récréation en 2006. En outre, seuls cinq États ont adopté des politiques interdisant de refuser la récréation comme punition pour un mauvais comportement en classe. Vingt-cinq États ont même adopté un langage plus clément décourageant districts de le faire (Centers for Disease Control and Prevention 2007b). De même, les districts fournissent le leadership politique pour encourager la marche et le vélo jusqu'à l'école. 14% de tous les États (sept) et 18% des districts ont adopté des politiques soutenant ou encourageant la marche ou le vélo vers et depuis l'école.

Qualifications des instructeurs

À l'échelle nationale, la majorité des États ont adopté des politiques stipulant que le personnel nouvellement embauché qui enseigne l'éducation physique doit avoir une formation de premier ou de deuxième cycle en éducation physique. Il y a plus d'exigences politiques de l'État pour les enseignants du secondaire (48 États) que pour ceux des écoles intermédiaires (43 États) ou élémentaires (28 États) (Lee et al. 2007). Tous les États offrent au moins un type de certification, de licence ou d'approbation pour enseigner l'éducation physique, et environ la moitié offrent une combinaison de ceux-ci. Trente États soutiennent la certification des enseignants d'éducation physique par le National Board Certification, et quatorze États rémunèrent davantage les enseignants certifiés (NASPE et AHA 2006).

Tests de condition physique et normes de performance

Moins de la moitié des États exigent ou recommandent que les écoles effectuent l'une des trois formes d'évaluation de l'éducation physique : connaissances écrites, performances des compétences ou niveaux de forme physique. Les tests d'aptitude des élèves sont exigés par les États le plus souvent pour les écoles secondaires (8 États) et moins souvent pour les écoles intermédiaires (7 États) et élémentaires (6 États). Les États recommandent généralement (18 à 21 États) plutôt que d'exiger (1 à 2 États) que des tests de performance écrits sur les connaissances et les compétences soient effectués (Lee et al. 2007).

En 2007, onze États ont adopté des politiques pour évaluer la condition physique des élèves. La plupart de ces évaluations impliquent des mesures de l'indice de masse corporelle, décrites ailleurs. Le Delaware appelle à des tests de condition physique des élèves au moins une fois au primaire, au collège et au lycée.


Alimentation et inflammation

L'inflammation continue d'être un mot à la mode, mais qu'est-ce que cela signifie réellement ? Certains aliments provoquent-ils une inflammation et existe-t-il un régime anti-inflammatoire que nous devrions tous essayer de suivre ?

Qu'est-ce que l'inflammation?

L'inflammation est le moyen utilisé par votre corps pour se protéger des infections, des maladies et des blessures. Il existe deux types et ndash bon et mauvais.

Inflammation aiguë est du type "bien" et correspond à la réponse normale du corps aux microbes, aux lésions tissulaires ou au stress métabolique. Cela se produit lorsque quelque chose de nocif ou d'irritant affecte notre corps (par exemple, vous avez une coupure, une brûlure ou une ecchymose) 1. Lorsque la réponse inflammatoire est à court terme, elle sert un objectif utile en démarrant le système de défense de notre corps, en nous protégeant contre d'autres dommages et en nous aidant à récupérer.

Inflammation chronique est du type &lsquobad&rsquo et se produit lorsque le processus d'inflammation dure trop longtemps, ou s'il y en a trop. Ce type est lié à une gamme de maladies, y compris les maladies cardiaques, où il joue un rôle majeur dans le développement de l'athérosclérose. C'est à ce moment que la plaque s'accumule dans les parois de vos artères et, avec le temps, peut provoquer une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral 2,3. Elle est le plus souvent identifiée par des niveaux élevés de marqueurs inflammatoires dans le sang, qui restent élevés sur de longues périodes de temps.

En ce qui concerne l'inflammation chronique, il existe des preuves montrant que votre alimentation, le poids autour de votre estomac, les niveaux de stress, le tabagisme, les niveaux d'activité et la quantité de sommeil peuvent affecter votre santé globale et votre risque de développer une maladie chronique.

Les aliments qui causent l'inflammation

Il existe certains aliments qui, s'ils sont consommés en abondance, peuvent « activer » des processus inflammatoires dans le corps. Certains de ces aliments ont déjà été associés à un risque accru de maladies chroniques comme le diabète de type 2 et les maladies cardiaques. C'est surprenant étant donné que l'inflammation est à la base du développement de ces maladies.

Les aliments qui contribuent à l'inflammation ont tendance à être des aliments hautement transformés et pauvres en nutriments 4,5:

  • Glucides raffinés à faible teneur en fibres comme le pain blanc, les craquelins, les beignets, les gâteaux et les pâtisseries
  • Boissons sucrées comme les boissons gazeuses, les boissons énergisantes, les thés glacés et les jus de fruits
  • Plats préparés transformés et malbouffe comme la confiserie, les barres-collations, les croustilles, la crème glacée, le maïs soufflé au micro-ondes, les biscuits et autres collations sucrées/salées
  • Autres aliments riches en graisses saturéeset/ou gras trans comme les plats à emporter et les aliments frits.

Certains aliments aident-ils à combattre l'inflammation?

Au cours des 10 dernières années, de plus en plus de recherches ont montré que la consommation de certains aliments réduit les marqueurs inflammatoires. Par conséquent, il peut aider à réduire le risque d'inflammation et la gravité de l'inflammation lorsqu'elle survient avec diverses maladies et affections. 6.

Il existe une gamme de modèles alimentaires différents qui sont anti-inflammatoires et, dans l'ensemble, nous savons qu'ils sont basés sur des aliments entiers, moins transformés, riches en fibres, pauvres en graisses saturées, notamment des acides gras oméga-3 (en particulier du poisson) et sont riches en phyto-nutriments (trouvés dans les aliments végétaux).

Certaines recherches montrent qu'un régime traditionnel de style méditerranéen axé sur les fruits, les légumes, les noix, les légumineuses, l'huile d'olive et le poisson est un moyen de parvenir à un régime anti-inflammatoire. Ceci est cohérent avec nos conseils existants sur le régime méditerranéen car il diminue le risque de maladie cardiovasculaire, à la fois chez les personnes en bonne santé et celles qui ont déjà une maladie cardiaque. 5,6.

Nous vous encourageons à baser votre alimentation sur les aliments anti-inflammatoires entiers et moins transformés suivants 4,5,6,7:

  • Légumes et fruits d'une grande variété et gamme de couleurs. En particulier, il existe des preuves des avantages anti-inflammatoires des légumes-feuilles (brocoli, betterave argentée, épinards, chou, bok choy), des tomates et des baies, car ils sont riches en antioxydants comme la vitamine C. 8.

  • Légumineuses comme les haricots, les lentilles, les pois chiches et les pois cassés

  • Aliments céréaliers comme l'avoine, l'orge, le riz brun, le pain complet, le quinoa, le sarrasin et le millet

  • Les poissons gras comme le maquereau, les sardines et le saumon, ainsi que d'autres bonnes sources d'acides gras oméga-3 comme les graines de chia, les graines de lin et les noix

  • Noix, graines et huiles saines comme l'huile d'olive, l'huile d'avocat et l'huile de lin.

Certaines recherches montrent que boire du thé (par exemple du thé noir ou vert) et cuisiner avec du gingembre, de l'ail et du curcuma peut être anti-inflammatoire. 5,9. Les chercheurs étudient également la réponse inflammatoire de différentes combinaisons alimentaires. Un exemple est avec le curcuma, où s'il est consommé seul, ses actions dans le corps sont limitées. Cependant si le curcuma est consommé avec du poivre noir (qui contient l'alcaloïde pipérine) le taux d'absorption est considérablement augmenté, amplifiant ses actions dans le corps 9.

Bien que la recherche continue d'émerger dans cet espace, si vous basez votre alimentation sur des aliments anti-inflammatoires, restez actif et gérez votre stress, vous faites de grands progrès vers la réduction de votre risque d'inflammation chronique et de maladie ultérieure.

La bonne nouvelle est que la plupart des aliments sains pour le cœur sont également anti-inflammatoires et vous n'avez pas besoin de suivre un régime spécial pour manger ces aliments. Il existe également de nombreuses options abordables pour tous les budgets alimentaires (par exemple, des baies surgelées, des pois chiches en conserve, des épinards surgelés et du saumon en conserve).

Visitez nos recettes saines pour plus d'inspiration. Vous pouvez commencer avec ces bonnes idées :

Que vous ayez eu un événement cardiaque ou que vous souhaitiez réduire votre risque de maladie cardiovasculaire, il n'y a pas un seul aliment que vous devriez manger pour faire une grande différence, c'est votre alimentation globale. Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreux aliments différents et abordables que nous pouvons manger pour lutter contre l'inflammation et favoriser une santé cardiaque optimale.

Lily Henderson, NZRD

Conseiller national en nutrition

Je suis passionné par l'amélioration de la santé de tous les Kiwis, des plus jeunes aux plus âgés. J'ai aimé travailler dans le domaine de la nutrition au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

[1] Ricciotti E, Fitzgerald GA. Prostaglandines et inflammation. Thrombose de l'artériosclérose et biologie vasculaire. 201131(5):986-1000

[2] Calder PC, Ahluwalia N, Albers R, et al. Une considération des biomarqueurs à utiliser pour l'évaluation de l'inflammation dans les études nutritionnelles humaines. Journal britannique de nutrition. 2013109(S1):S1-S34

[3] Calder PC, Albers R, Antoine J-M, et al. Processus des maladies inflammatoires et interactions avec la nutrition. Journal britannique de nutrition. 2009101 Suppl:S1-S45

[4] O&rsquoKeefe JH, Neil M, Gheewala MS, O&rsquoKeefe JO. Stratégies alimentaires pour améliorer la glycémie post-prandiale, les lipides, l'inflammation et la santé cardiovasculaire. Journal American College Cardiology. 200851(3)

[5] Galland L. Régime alimentaire et inflammation. Nutrition en pratique clinique. 201025(6):634-40

[6] Estruch R. Effets anti-inflammatoires du régime méditerranéen : l'expérience de l'étude PREDIMED. Actes de la Société de nutrition. 201069(3):333-40

[7] Myles IA. Fièvre de la restauration rapide : examen des impacts du régime occidental sur l'immunité. Revue nutritionnelle. 201413:61

[8] Wannamethee SG, Lowe GD, Rumley A, Bruckdorfer KR, Whincup PH. Associations du statut en vitamine C, des apports en fruits et légumes, et des marqueurs de l'inflammation et de l'hémostase. Le Journal américain de nutrition clinique. 200683(3) : 567-574

[9] Panahi Y, Hosseini MS, Khalili N, Naimi E, Majeed M, Sahebkar A. Effets antioxydants et anti-inflammatoires de la combinaison curcuminoïde-pipérine chez les sujets atteints du syndrome métabolique : un essai contrôlé randomisé et une méta-analyse mise à jour. Nutrition Clinique. 201534(6):1101-1108


Il est en fait difficile à tenir lorsqu'il est presque entièrement cuit - il commencera à devenir gluant si vous le laissez refroidir, mais pourrait commencer à brûler au fond s'il n'est pas agité et devenir trop liquide si vous continuez à ajouter du bouillon.

Mario Batali a dit que le risotto n'est pas difficile au milieu - vous pouvez donc le faire cuire à moitié, le refroidir (je pense qu'il a dit qu'il l'avait étalé sur des plaques pour qu'il refroidisse rapidement), puis vous pouvez ajouter du bouillon chaud et le faire cuire à partir de ce point, vous avez donc déjà 10 minutes d'avance.

Je suis également allé dans un restaurant où il n'était servi qu'une heure et demie.

Je suis cuisinier dans un restaurant italien. Nous cuisinons le risotto sur commande, à partir de zéro en moins de 20 minutes.

Vous avez besoin d'une poêle chaude, d'un bouillon chaud et d'un dessus/brûleur français chaud.

C'est facile. Ajouter l'oignon, le beurre, l'huile d'olive, le sel et le poivre, faire suer l'oignon (le dans votre poêle déjà chaude). Ajouter le riz, griller et déglacer la poêle. ajouter le bouillon, la crème, le sel. Revenez dans 10-15 minutes (Tout ce brassage n'est en fait pas nécessaire). Ajoutez vos légumes, bouillon, sel. Terminer par le fromage et le beurre.

Vous avez besoin de 18 à 20 minutes pour un risotto al dente parfait.

Le risotto peut rester un moment et être très savoureux, et il se réchauffe bien si vous ajoutez un peu de liquide. Arborio est dur comme des ongles et peut résister à une tonne d'abus. Si c'était moi, je le ferais cuire jusqu'à ce qu'il soit terminé à environ 75 %, puis je le refroidirais.

Ensuite, vous pouvez simplement le verser dans une poêle et le terminer en quelques minutes avec un peu plus de bouillon et du parmesan râpé.

J'ai lu beaucoup de gens dire, cependant, que cela ne peut pas être fait sans que le risotto se transforme en une goutte d'amidon. Certaines personnes ajoutent de la crème pour ralentir la capacité de l'arborio à absorber le liquide. Je pense cependant que cela dépend entièrement de votre public. Si vous servez dans un bon restaurant, le risotto retenu ne suffira probablement pas.

Un chef italien m'a dit que le riz Carnaroli est souvent utilisé dans les restaurants en raison de sa capacité à rester solide plus longtemps que toute autre variété de riz. Je suppose que lorsque vous utilisez Carnaroli, vous pouvez en effet le faire cuire presque entièrement, puis terminer le plat avec un peu plus de bouillon.

Vous pouvez également faire toute la préparation, par ex. faire sauter les oignons, les légumes, etc, de sorte que lorsqu'un plat de risotto est commandé, il soit prêt en 20 minutes. Certains restaurants dans lesquels j'ai dîné vous avertissent lorsque vous commandez du risotto qu'il faut du temps pour le préparer.

La cuisson partielle, si elle est effectuée correctement, ne changera pas la texture du riz. La clé est de refroidir rapidement ! Ensuite, assurez-vous que le bouillon est très chaud et que le riz est à température ambiante lorsque vous terminez. Cela reprendra le processus de cuisson exactement là où vous vous étiez arrêté à l'origine puisque vous l'avez refroidi rapidement, limitant ainsi la poursuite du processus de cuisson. La plus grosse erreur serait de supposer que le temps nécessaire à la fin s'accélère au moment où l'on s'est arrêté sans se rendre compte que le riz, s'il n'est pas refroidi rapidement, a continué à cuire après l'arrêt et que vous l'avez trop cuit, d'où il devient pâteux. Si vous ne faites pas cette hypothèse et ne testez pas votre riz, tout ira bien sans perte de qualité.

Bourdain, qui aime bavarder sur des trucs comme celui-ci, dit que vous pouvez l'étaler dans des plaques de cuisson et le refroidir lorsqu'il est « à mi-chemin » fait dans son livre de cuisine Les Halles. Je pense que c'est un plan d'attaque judicieux, d'autant plus que j'ai généralement besoin de 45 minutes pour faire du risotto, pas 20.

Cela dit, je ne l'ai pas essayé, donc je ne peux pas commenter personnellement. Je parie qu'il existe également des applications sous vide faciles ici. Je serais intéressé d'obtenir un commentaire d'un chef à ce sujet.

Il semble y avoir une fanfare pour le risotto par cuit. Ce qui se passe une fois refroidi, le grain se réchauffera beaucoup plus rapidement à l'extérieur qu'à l'intérieur et absorbera le liquide supplémentaire beaucoup plus rapidement, créant une couche externe pâteuse sur chaque grain qui devra encore être cuit au niveau du noyau interne.

Le facteur le plus important avec la saveur et la texture finales est le saut ou le rôti initial des grains avant l'ajout du liquide. Ajouter l'oignon coupé en dés et l'huile d'olive dans une poêle et chauffer un peu avant d'ajouter le riz. Pendant le sauté, chaque grain deviendra translucide à l'extérieur et aux extrémités tandis que le milieu sera encore blanc. Le riz commencera également à dégager un arôme puissant. Cet arôme portera jusqu'au produit final. Si le riz est cuit trop chaud ou trop longtemps à ce stade, il perdra son arôme et n'absorbera pas correctement le liquide, créant un extérieur détrempé et dur à l'intérieur.

J'affronterais volontiers n'importe quel chef cuisinier du monde dans l'Iron Kitchen for Battle Risotto s'il avait le handicap de devoir refroidir son produit et le réchauffer pendant que je peux, sans m'arrêter, aller du début à la fin sur la cuisinière. Je gagnerais sûrement, peu importe les autres ingrédients qu'ils y mettent.

EDIT: Je ferais dans Iron Kitchen un type de Paella qui, je crois, fait avec un riz à grains courts est le plat le plus technique de toute la cuisine européenne pour des points supplémentaires de technique. Comment c'est fait.


Connaissez-vous ces 10 méthodes de cuisine italienne ?

Lasagne, bolognaise, fettuccine, tiramisu, margherita, gelato… Autant de noms qui mettent l'eau à la bouche dans l'esprit de tout amateur de cuisine italienne. Mais avez-vous déjà entendu parler d'alla caprese ou de battuto ? Ces termes font référence aux méthodes de cuisson italiennes utilisées pour préparer certains de ces plats qui font claquer les lèvres.

La variété est le piment de la vie, et comme la cuisine indienne, la cuisine italienne est réputée pour sa variété régionale. De nombreuses méthodes de cuisson tirent leur nom de la région à laquelle elles appartiennent. Même les plats sont généralement caractéristiques d'une région spécifique, et certains se sont répandus à travers le pays pour devenir non seulement des favoris nationaux, mais aussi internationaux.

Voici donc quelques méthodes de cuisson italiennes bien connues dont vous avez probablement déjà entendu parler :

Il s'agit de la manière dont une sauce tomate et légumes à base de viande est cuite pendant plusieurs heures à feu doux. Les ingrédients traditionnels ajoutés sont l'oignon, le céleri et la carotte avec de la viande hachée. Du vin rouge est ajouté et de la crème ou du lait scelle la saveur unique de la sauce. Originaire de la région bolognaise, cette sauce est généralement servie avec des formes de pâtes plates telles que des tagliatelles ou des fettuccine.

« Jusqu'aux dents » est le sens littéral d'al dente qui fait référence à une façon de cuire les pâtes. Peut-être que la cuisson insuffisante est un meilleur mot ! Si un plat de pâtes doit être à nouveau cuit, les pâtes sont généralement cuites al dente la première fois. Cela signifie que lorsque vous le mordez, il est ferme aux dents et non mou. Il est parfois aussi utilisé pour désigner la façon dont les légumes sont cuits.

La plupart des Italiens cuisent leur riz de cette façon. Si vous voulez faire un risotto, il vous suffit de faire sauter du riz à grains courts dans de l'huile d'olive et d'ajouter un bouillon de viande au riz pour le cuire. Le riz est généralement cuit sans couvercle, et chaque fois que le bouillon est absorbé, le riz est agité et plus de bouillon est ajouté. Il est généralement garni de fromage ou de beurre et mangé avec de la viande. Parfois, les pâtes peuvent également être cuites de cette manière.

Ce que les Romains appréciaient sous forme de bouillie est maintenant apprécié par les amateurs de cuisine italienne comme un plat polyvalent. Il s'agit de la méthode de cuisson d'une céréale telle que la semoule de maïs, le sarrasin ou la semoule dans l'eau pendant environ une heure. Les pois chiches peuvent également être utilisés. Une fois prêt, il peut être servi tel quel avec un accompagnement, ou il peut être cuit au four, frit ou grillé. Les plats d'accompagnement et les ajouts à cette préparation varient : des herbes fraîches à l'ail rôti en passant par la sauce de poisson et les saucisses.

Les Italiens adorent faire cuire leurs pâtes et pizzas "al forno" qui signifie "au four". .

If you want to know how to become a chef speciali zed in Italian cuisine, you also need to know some not-so-well-known Italian cooking methods. En voici quelques uns:

Mozarella, olive oil, basil and tomato are staples at the heart of this cooking method which originated in Capri. These ingredients combined together are served as antipasto or a starter. These versatile ingredients are also combined to prepare a variety of pastas and dishes such as fusilli alla caprese and spaghetti alla caprese.

Mattone literally means a heavy brick or tile, and th is cooking method gets its name from the brick that’s used to apply pressure to anything being cooked, especially for grilling or sautéing. Chicken or any other meat is a typical example of an ingredient that’s cooked in this manner.

Pesto is synonymous with alla Genovese which refers to the method of pounding or crushing olive oil, basil, pine nuts and garlic to make a sauce. The method originated in Genoa and a mortar and pestle are used to crush or pound the ingredients. There are other variations of this, for example pesto rosso uses tomato and almonds.

In Italian, battuto means to ‘beat’ or ‘strike’ and refers to the method of finely chopping onions, celery, carrots, parsley and some meat like bacon which are then cooked in fat, usually olive oil or lard. It forms the flavour base of many Italian pastas, risotto s and soups.

Meaning ‘raw’ in Italian, the method refers to slicing seafood, usually fish, very thinly and topping it with olive oil, salt and citrus juice. You’ll find this served in Italian fishing towns. It can also refer to a mixture of raw herbs and vegetables chopped together and added to a cooked dish just before it is served.

Italian cooking employs these and several other methods to give the cuisine its gastronomic appeal.

Many aspiring chefs with a passion for Italian food turn to culinary i nstitutes that offer a bachelor’s degree in culinary arts to master these techniques. If you want to master them professionally, there are several culinary institutes like AIMS Institutes which offer students a chance to study Italian cuisine in Italy. If you are an amateur chef, don’t feel let out because you can explore these unique methods through good books and online material.


Clause de non-responsabilité

The Women’s does not accept any liability to any person for the information or advice (or use of such information or advice) which is provided on the Website or incorporated into it by reference. The Women’s provide this information on the understanding that all persons accessing it take responsibility for assessing its relevance and accuracy. Women are encouraged to discuss their health needs with a health practitioner. If you have concerns about your health, you should seek advice from your health care provider or if you require urgent care you should go to the nearest Emergency Dept.


Lesson 10:Catering Tools,Equipment and Fuels

Hello learner, you are welcome to unit 2 on tools, equipment and fuel in catering. This unit introduces you to basic tools and equipment used in the catering industry and the various fuels used to prepare and cook food.

Caterers cannot start their business without tools, equipment and fuel therefore, you should be able to identify and use the tools and equipment for the specific jobs in the business.

Tools, equipment and fuel are important items needed for catering because in catering food is prepared, cooked and served. These tools and equipment increase efficiency and save time. In this unit, we shall classify the tools and equipment into large, small and mechanical with their examples, how they function, how to choose and finally how to care, maintain and store them.

Fuels will also be considered here because they are the means by which food is cooked. They shall be classified according to their sources.

After studying this unit, learners should be able to

1.explain what tools and equipment are. 2.identify the tools and equipment by their sizes. 3.classify them according to their functions. 4.choose appropriate tools and equipment for specific jobs. 5.explain how to care and store tools and equipment. 6.use fuels efficiently.

What are tools and equipment?

They are the various items that are used during food preparation, cooking and serving. They include working tables, cooking pans, ranges, fryers, sinks kitchen utensils, mortar, blenders, mixers etc.

Can you add on to the list?

Bien fait. Let’s continue! These tools and equipment can be put into groups according to their sizes and functions.

When they are put into sizes then, they are classified as large, small and mechanical equipment.

These are the equipment or items that are big and sometimes fixed. They are heavy and clumsy to more about easily. Examples include working tables, cooking ranges, sinks (washing basins), refrigerators, fryers….

Which other items are considered large equipment in the kitchen?

We can add ovens, microwave ovens, freezers, dish washers.

They are sometimes referred to as tools. They are small, easy to carry about and very important in the catering business.

Take a flash back into the kitchen and list all the tools that can be put under this group.

These include knives (all kinds), openers, spoons of all kinds and sizes, graters, pestles and mortar, colanders, sieves, kitchen scales. That is a good attempt. Continue comme ça.

There is yet another group which are classified as mechanical equipment. They are operated by electricity and are also referred to as appliances. Examples are mixers, blenders, liquidizers, slicers, mincers, electric kettles, food processor, rice cookers, toasters, coffee makers.

Now let’s see how we can classify the equipment according to their functions. The following functions can be performed using tools and equipment.

Measuring, mixing baking, cutting, cooking and preparation tools.

They are the tools used to gauge or estimate quantity of ingredients such as liquids, powders and flours and granules. Measuring tools used for liquids are usually made of glass or clear plastics with pouring lips and have clearly marked measurements. They are either jugs or cups, and sizes available are 1 cup, 2 cups and 4 cups metric liquid measures come in 250ml, 500ml and 1litre sizes.

There are measuring tools used for measuring dry ingredients like powders, flour, granules and growns. They are usually made of hard plastic or metal. Though they are used to measure dry ingredients they can also be used to measure small quantities of liquids during cooking. They are also available in cups ¼ cups, 1/3 cup, ½ cup and 1 cup sizes with the metric equipment being 50ml, 125 ml and 250ml.

Spoons are also used for measuring ingredients. Although we can use the normal teaspoon, dessert spoon and table spoon to measure, specially designed ones are available on the market. These are made of metal or plastic and used for measuring small amount of both dry and liquid ingredients. They are available in ¼ teaspoon, ½ teaspoon, 1 teaspoon, and 1 tablespoon sizes. The metric equipment are 1ml, 2ml, 5ml and 25ml.

(See fig. 1) These are used for measuring volumes. Can you identify other tools for measuring? Yes, we can include the weighing scale. You can see the diagram in fig.2 ingredients such as meat, fish, flour, fat, doughs, granules, powders etc. They help in weighing large quantities of ingredients. They come in ounces (oz) and pounds (lbs) and grammes (gms) and kilograms (kg).

Do you remember the scale used in the butcher’s shop?

It is called the balance – It has metals of different weights that are put on the scale to help balance the weight of the meat on the other side of the scale.

They are very essential in many jobs in the kitchen. They are used for stirring, beating and whisking.

Can you identify some tools under this group?

They include wooden spoons, metal spoons whisks. Wooden spoons come in variety of sizes (small to large) and used mainly for stirring and mixing during meal preparation. Metal spoons also come in different size and shapes and are used for stirring dishing up, folding in of ingredients in flour cookery.

Whisks are used to beat, mix and incorporate air into mixtures. They include rotary whisks or beaters, balloon whisks and spring whisks.

They are the tools that aid pastry making and baking in general. These tools include spatulas of all sizes (made from wood, flexible stainless steal (metal) and soft flexible plastics). They are used to turning fish, meat, pancakes, omelets and eggs when frying. They include fish slides with bent handles, slotted spoons, straight-edge spatulas are used to spread icing on cakes and to level dry ingredients during measuring. Example is the palette knife.

Flexible rubber or plastic spatulas are used to scrape bowls and pans and also for folding one ingredient into another.

They are the tools that aid in cutting, chopping, shredding and peeling of ingredients.

Can you make a list of all tools that are used for cutting?

(a) Knives of all kinds and sizes used for cutting, slicing, chopping and de-boning. The blade of the knife can be either smooth, sharp or serrated (saw-tooth edge) and sharp. Examples are cook’s knives (sometimes referred to as utility knives), slicing knives, utility knives and pairing knives.

A French, chef or cook’s knife is very versatile of all the knives because it does of the chopping, cutting and dicing of fruits and vegetables. Slicing knife is used mostly for cutting meat, fish, poultry, bread and soft vegetables such as tomatoes. A utility knife is a good all-round knife used for cutting tender vegetables, cheese, trimming fat from meat and the pairing knife is the smallest of all the knives and used for peeling, trimming and cutting eyes out of vegetables.

(b) Kitchen shears (scissors) are used only for food preparation and for trimming vegetables and herbs. Shears or scissors can be used for preparing (cleaning) fish and poultry but they are heavier than the ordinary kitchen scissors. They are used to cut through poultry, trim off fins and gills of fish and for cutting through bones of the fish.

(c) Peelers are used to cut or remove the outer skin of fruits and vegetables. They peel just the skin off therefore nutrients under the surface of the vegetable or fruits are preserved. They are also used to make decorations for garnishing like decorative carrots, cheese curls, chocolate curls and decorative cucumber


(d) Shredder or grater is usually a four sided metal tool used to grate and shred food items such as cheese, carrots, chocolate, okro, cabbage etc. The openings on the sides are of different sizes and dimensions therefore afford one to grate or shred food into either small or large pieces. Shredder – grates are also made from hard plastics and can also be made flat-round, flat-triangle and flat-square shapes.

Can you mention other food items that can be grated?

(e) Cutting boards are made from wood or hard plastics (acrylic) usually in a rectangular shape. They are sometimes built into the kitchen cabinet or counter. They are used for cutting and chopping foods to protect the surface of working tables and countertops.


5. Cooking and other preparation tools and utensils

They are the tools and utensils that help in cooking which include saucepans (different sizes) frying pans, casseroles, pressure cookers, tongs, kitchen forks, ladles, colanders, strainers and sieves.

These are made from metal (aluminum or stainless steel) glass earthenware and plastics. Some of them are coated to make them non-stick cook ware. When used food does not stick or get burnt.

Saucepans and pots are normally used for cooking food in water or other liquids over direct heat. Saucepan usually have one long handle and pots have two handles.


Sizes of saucepans range from 1 pint (0.54) to a 12 quart (12L) pot. They should have well fitting lids and handles should be heat resistant and comfortable to hold.

Pressure cookers cook foods more quickly than the conventional saucepans. This is because as pressure is increased, temperature increases.

Tongs are usually made of metal and used for turning meat and fish during grilling, fried foods, and for handling and serving baked potatoes, corn on cab, grilled fish and meat.

Kitchen forks are made of heavy-duty metal and used to transfer heavy or large chunks of meat and poultry from fire and roasting pan onto the platter.

Ladles are round cups with long handles and are used for dipping and pounding. They are often used to serve soups, punches, gravies, … can you add on to the list?

Colanders are perforated bowls used to drown fruits, vegetables and pasta after cooking. Strainers are used to separate liquid from solid foods.

Sieves are used to shift dry ingredients like flours, icing sugar etc. to remove impurities and humps.

Casseroles are used for baking and made from glass, ceramics or earthenware. They are designed for freezer-to-oven use. That means that it can be used to freeze foods and at the same time bake or heat the food in it on fire (direct heat or oven). Frying pans come in three main types and are made from metal (aluminum or non-stick).

a.Shallow frying pans have straight or curved sides with some having pouring lips like the measuring jugs or cups. They also come in different sizes (small, medium and large). They are usually used for frying pan-cakes, omelets and fired eggs.

b.Deep frying pans are used for frying or cooking foods that require deep frying like fish, boufloaf, coated-balter fish, meat or chicken, chips (yam, plantain, potatoes). These frying pans have frying baskets to make frying easier and have lids


c.Works are of Chinese origin, they are deep, round and sloping sides. They have one long handle like the trying pan or two handles like the cooking pot. They are used for stir frying vegetables meat or fish. Food can also be steamed in the work because it have a well fitting lid.

There are a lot more tools and equipment but we shall stop here and look at how to choose, care, maintain and store tools and equipment in general.

Choice of tools and equipment

We have just seen the functions tools and equipment perform, therefore their choice depends on what use you want to put them to.

But generally, the choice of tools and equipment depends on the following

1.The kinds of jobs or tasks the tools will perform and how often they are used 2.The design and how to operate the equipment. You have to choose well-designed tools that can be assembled and operated easily (especially with appliances or mechanical equipment). 3.The quality of materials used from which the equipment or tool is made, for example stainless steel and rust proof tools and other durable materials. 4.Handles should be firm and should fit the hand comfortably so as to withstand constant use.

Can you add on some features that can help you choose tools and equipment?

Let’s see, what have you considered. Did you add that? 5.Handles of utensils should have heat resistant handles so as to make handling from fire easy? 6.They should be well-balanced so that they do not tip over 7.Lids should be well constructed and should fit tightly. Handles on lids should also be heat resistant and easy to be grasped with a potholder

How can we care and store these tools and equipment so that we can use them for a long time?

1.Follow the manufacturer’s direction for use and care. 2.Use the appropriate cleaning material for cleaning. 3.Do not soak wooden tools in water because they will absorb the water and rot. (can you make a list of tools made with wood or those that have some parts made of wood?)

Wooden spatulas, “stirring stick”, wooden masher, knife handles, frying pan handles, rolling pins chopping boards, bread board etc.

4.Clean stainless steel and non-stick pots and pans with ordinary sponge and soap do not use scourers or abrasives (steel, wool, wood ash etc) as they may scrap-off the non-stick coating. Stainless steel can be maintained by cleaning occasionally with very smooth scorning powders like vim etc. 5.Clean utensils according to the materials it is made from. (Metal, plastic, glass earthenware, porcelain etc)

1.Store small equipment and tools at a convenient location (e.g. in drawers in the kitchen, kitchen cupboards, basket etc) 2.Stainless steal and other metal tools should be wiped dry before storage. Otherwise stainless steel will have water mark stains and other metals may rust. 3.Hang tools that have handles and hooks for hanging. 4.Glass utensils should be stored carefully to avoid breakage. 5.It is more convenient to have tools and equipment arranged nicely on shelves, cupboards or cabinets 6.Cooking pots and pans can be stuck up into each other according to sizes to save storage space


Now you have done very well, you have almost completed Unit 2

Let’s now look at the fuels we use in the kitchen.

They are the source of heat use to cook food.

They include firewood, charcoal, kerosene, liquefied petroleum gas (LPG) and electricity

Firewood and charcoal are solid fuel kerosene is a liquid fuel LPG is a gaseous fuel and electricity is derived from electric power.

All these fuels are used in stores or cookers and in catering stoves or cookers are called ranges. Fuels have their advantages and disadvantages.

This is the traditional source of fuel used in many Ghanaian homes. They are dried pieces of tree branches, coconut husks, coconut and palm branches, trunks of tree that have been splitted with axe or cutlass.

1.Less expensive as compared to the other fuels 2.They are readily available

Can you think about other advantages?

O. K. lets look at the disadvantages.

1.It makes the working area, the cook and utensils dirty. 2.The kitchen becomes smoky and uncomfortable. 3.Lighting the fire can be difficult if the firewood is not dry. 4.Smoke call be scented in the food. 5.Heat cannot be regulated when cooking

Charcoal is a type of fuel made from firewood using a special process to burn the woody substance leaving black hard carbon substances.

1.It is less expensive as compared to kerosene gas and electricity but more expensive than firewood 2.It is available every where

1.It also makes working area and utensil dirty. 2.Lighting of the fuel can be difficult if the charcoal is hard. 3.One can not regulate the amount of heat when cooking. 4.The cook will have to fun the fire to maintain the temperature of the fire

Can you think about other disadvantage if not then let’s move on to the liquid fuel – Kerosene.

This is a petroleum product which can be used is specially designed stoves. T he stove has a tank that holds the kerosene and pieces of cotton cords passed through tubes that are attached to the cover of the tank. The cords are pulled up the tubes with the remaining in the kerosene in the tank and then lighted to generated for cooking.

1.It is inexpensive as compared to gas and electricity. 2.It is easy to operate but can become smoky if not well assembled. 3.It can be used anywhere. 4.Worker and working area looks neat and tidy.

1.It can explode if kerosene is mixed with other petroleum products. 2.cannot be used if there is no kerosene

Liquefied Petroleum Gas (LPG)

It is a bye-product of petroleum is gaseous form use as fuel to cook. They are sold in gas bottles of small, medium, standard and commercial sizes. Tubes are connected from the stove or cooker to the gas bottles and when knobs on the bottles and cookers are turned on and lighted, fire is produce to cook food. It is one of the most convenient fuels used in the catering business.

1.It is a very convenient to use. 2.Working area, utensil and cook are as neat as possible. 3.It is less expensive as compared to electricity. 4.It can be used anywhere. 5.Worker can regulate the intensify of the heat as you cook by turning the knobs on the cooker/stove.

Do you think there are some disadvantages?

1.It is very expensive as compared to fire wood, charcoal and kerosene. 2.When there is a shortage by supply fuel becomes difficult to get. 3.The cooker/stove with which the fuel can be used is also expensive. 4.Can be dangerous when there are leakages in the tube or on the regulator. 5.One cannot detect easily whether there is adequate supply of fuel because the gas bottles are not transparent.

Now let’s look at electricity.

It is a source of fuel generated from electric power, which are supplied through the electrical mains. Stove/cookers are then connected to the mains and the knobs of the stoves turned onto supply the heat.

1.It is very neat to use because it does not make the working area, utensils or worker dirty 2.The heat of fire can be regulated to suit the desired temperature.

Learner, are these all the advantages?

1.It is very expensive to use because you have to pay huge electric bills. 2.Cannot be used when there is power outage (lights off) 3.The cooker/stove with which the fuel is used is expensive 4.Can give electric shock when faulty.


Other useful words related to cooking

No matter what type of diet you have, it's important that food taste good. Here are some words to describe the way food tastes.

Seasoning (nom)
Salt, pepper, and other spices and herbs added to food to improve its taste.

Dressing (or salad dressing) (noun)
A mixture of liquids that is added to a salad to make it tastier. It can include ingredients such as olive oil, vinegar, salt, and pepper.

Sauce (nom)
A thick liquid that is eaten with food to make it tastier. For example, a tomato sauce (a mixture of tomatoes, olive oil, garlic, oregano, salt, etc.).

Tasty, appetizing ou mouth-watering (adjectives)
Synonyms for delicious.

Savory (adjective)
Foods are divided into two categories. Desserts are doux, and foods that aren't doux are called "savory."

Raw (adjective)
Food that isn't cooked, such as sushi or uncooked carrots.

Well-done (adjective)
When meat has been cooked a lot. It's not red on the inside, but brown.

Burned (adjective)
When something has been cooked too much. When food is brûlé, it becomes unhealthy. (You can recognize it by its brown or black color.)

Finally, do you know these other words to describe "hungry"?

Peckish (adjective)
When you are a little bit hungry.

Famished, ravenous et starving (adjective)
When you are extremely hungry.


Voir la vidéo: Vitamines, minéraux et antioxydants perdus durant la cuisson (Janvier 2022).